[Aller au menu]

  • Imprimer
  • Envoyer à un(e) ami(e)
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter

Le Plan Local d'Urbanisme

L’essentiel

Le PLU s’appuie sur un projet d’aménagement et de développement durable (PADD). Il aide à réaliser le projet urbain. Le document, arrêté début 2016 sera opposable aux demandes individuelles d’occupation du sol (permis de construire ou d’aménager, déclaration de travaux) en 2017. Il intègre l’AVAP qui est une servitude d’utilité publique.

Bureau d’études chargé de son élaboration : METROPOLIS (urbanistes) avec Biotope (environnementalistes) et Céline Lemaire (architecte)
Chef de projet : Anne-Lise Nonin
Elu référent : Joël Rousset, conseiller municipal  délégué au Plan local d’urbanisme avec Corinne Venayre, adjointe déléguée à l’urbanisme, au patrimoine et aux grands travaux.

Le projet en questions

Joël Rousset, conseiller municipal délégué au Plan local d’urbanisme

Qu’est-ce que ce Plan Local d’Urbanisme, quel rapport y a-t-il avec le projet urbain ?

Le Plan Local d’Urbanisme est la version moderne du Plan d’Occupation des Sols, c’est-à-dire du document réglementaire qui régit l’utilisation et l’occupation des parcelles. Il s’en distingue cependant parce que la loi est venue renforcer la dimension prospective du document : pourquoi fait-on cela ? Pour accueillir quelle population et quelles entreprises ? Dans quelles conditions (équipements, protection de la nature, des ressources…) ?
Avant toute proposition de zonage et de règlement, un débat sur le Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) a eu lieu en conseil municipal. Le PADD est le document qui, au cœur du Plan Local d’Urbanisme, fixe les grandes orientations de la Ville pour les 10 à 15 prochaines années. Il prend appui sur les perspectives démographiques et économiques de la ville et sur un diagnostic des ressources du territoire.
Nous avons donc débattu à l’automne 2015 pour nous permettre d’arrêter notre document en début d’année 2016. Ce document viendra compléter tout le travail sur l’Aire de mise en valeur du patrimoine (AVAP) qui s’était concentrée sur la bastide et ses abords.
Le Plan Local d’Urbanisme contribue au projet urbain, il pose ses fondations.

Avez-vous déjà des objectifs de fixés ?

L’objectif global que nous nous fixons est de pouvoir accueillir des habitants et des entreprises tout en préservant nos paysages : vignes, espaces verts… jouer la qualité plutôt que la quantité. Plus précisément le conseil municipal a délibéré sur plusieurs orientations, en juin dernier, permettant d’y concourir. Elles restent à affiner, c’est le travail des services et du bureau d’études qui nous accompagne de nous y aider.
Vous les retrouverez dans ce que nous avons nommé « les 10 travaux du PLU ».

Comment la population a-t-elle été associée, concertée ?

Nous avons organisé 3 réunions publiques, successivement consacrées au diagnostic, à la présentation du PADD puis au zonage et règlements. Ces temps d’échanges ont permis d’associer le public à chaque étape de la procédure d’élaboration du PLU.
La population a par ailleurs été invitée à laisser ses observations et attentes dans un registre disponible à l’accueil du service urbanisme. Elle sera invitée à rencontrer un commissaire enquêteur lors de l’enquête publique au premier semestre 2016.

Vous abordez donc la poursuite des études de manière confiante ?

Oui, le diagnostic approfondi qui a été fait dans le cadre de la mise en révision, la constitution de notre programme qui est assez récente et les principaux projets qui sont définis nous permettent d’avancer efficacement. Le temps consacré à la finalisation du PLU est, somme toute, assez court, mais nous savons vers quoi nous voulons aller. Le Plan Local d’Urbanisme ne répondra pas à toutes les questions. Il nous permettra cependant de maîtriser notre développement dans le cadre souhaité : recherche de qualité et recentrage sur la réhabilitation plutôt que les constructions neuves, développement économique prioritaire des pôles déjà constitués, en accord avec les contraintes naturelles (Dagueys), confortement des réseaux et équipements communaux existants. C’est un plan qui prévoit la croissance mais avec raison.