[Aller au menu]

  • Imprimer
  • Envoyer à un(e) ami(e)
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter

Restauration

Mon contact : Espace familles

Moment agréable de partage, d’écoute et de communication, le temps du repas fait l’objet d’un projet éducatif global, incluant également les temps de repos, d’activités libres, d’ateliers pédagogiques, de sieste pour les plus jeunes… précédant et suivant le repas lui-même.

Règlement intérieur (pdf - 170 ko)

La cuisine centrale de Libourne vous informe que les plats servis sont susceptibles de contenir des traces de céréales (gluten), crustacés, œufs, poisson, arachides, soja, lait, fruits à coque, cèleri, moutarde, graines de sésame, anhydride sulfureux, lupin, mollusques.

Un repas de qualité

La restauration scolaire est redevenue municipale à la rentrée scolaire 2012-2013. La Ville a fait le pari de la qualité, passant d’une cuisine d’assemblage, à une cuisine qui cuisine !

L'assiette respecte désormais le rythme des saisons. Les plats industriels, les OGM, les huiles de palme et de coprah, l’aspartame, les viandes reconstituées sont exclus de la composition des menus.

L’engagement de la municipalité ?
Augmenter les approvisionnements en produits issus de l’agriculture bio et/ou de produits issus des circuits courts.  

L’objectif ?
Atteindre 20% en valeur d’achat sur la valeur totale des approvisionnements.
Les produits bio servis aujourd’hui sont le pain, les féculents, les yaourts et les œufs. A l’avenir seront introduits de nouveaux produits  BIO  tels que les volailles, certains fruits et légumes…

Origine des viandes
100% des viandes et volailles servies sont d’origine française et de race à viande ou label rouge.

  • Le bœuf : origine France VBF (race à viande)
  • Le veau : origine France VBF (race à viande)
  • L’agneau et mouton : origine France
  • Le porc : origine France Label rouge
  • La volaille : origine France , poulet Label rouge 

Étiquetage nutritionnel

Une expérimentation de logos nutritionnels en septembre 2016

Pour fournir aux consommateurs une information adaptée au moment de leurs achats et dans l'objectif de permettre à tous une alimentation saine et équilibrée, Marisol Touraine a annoncé le lancement de l'expérimentations de logos en septembre 2016 auprès des consommateurs en conditions réelles d'achat.

Plus d'informations en cliquant ici

Jeune fille face à un self service

Inscriptions

Dans chaque école publique de Libourne, le service de restauration scolaire fonctionne les jours de classe. Les inscriptions doivent être renouvelées chaque année scolaire.

Les fiches d’inscription sont envoyées aux familles avant la rentrée scolaire, puis sont disponibles à l’Espace familles ou téléchargeables ci-dessous.

Tarifs

Pour les habitants de Libourne, le Calcul du quotient familial détermine le prix du service pour chaque usager, en fonction des revenus du ménage.

Billet nutritionnel

Billet nutritionnel : Plaidoyer nutritionnel pour les légumes secs

Entre tradition et modernité, empirisme gastronomique et connaissances scientifiques actuelles, les légumes secs font aujourd’hui la preuve de leurs multiples atouts nutritionnels. À l’heure où la diététique vante l’intérêt des fruits et légumes et déplore la sous-consommation de féculents, miser sur les légumes secs s’avère gage d’équilibre. Il est donc judicieux de les choisir comme ingrédients de base, faciles à stocker et plus rapides à préparer qu’on ne l’imagine. Pour le plaisir de se régaler sans se ruiner… et de faire du bien à son corps en prime !

Des légumes pas comme les autres

Appartenant à la nomenclature des féculents, ils combinent les atouts nutritionnels d’autres « familles », tels les légumes frais pour leur apport caractéristique en fibres, et sont qualifiés de « viande du pauvre » ou de « protéagineux » pour leur apport significatif de protéines.
À l’interface entre le légume et le féculent, le légume sec peinerait donc à (re) trouver son juste statut nutritionnel. Certes cuits, les légumes secs fournissent autant d’énergie et de glucides que la pomme de terre. Mais la quantité de fibres qu’ils proposent s’avère équivalente à une double ration de légumes frais. D’où cette ambivalence particulière aux légumes secs : considérés pour leur apport énergétique, leur contribution aux apports en fibres est malencontreusement sous-estimée.

Moins, mais mieux

L’alimentation moderne se caractérise par une disproportion entre les sources d’aliments d’origine végétale et d’origine animale, ainsi que par une propension à privilégier les aliments transformés déjà cuisinés.
La consommation de denrée d’origine végétale comme le pain, les pommes de terre, les céréales et les légumes secs a chuté, avec pour conséquence directe de ce bouleversement une très forte diminution des apports en fibres. S’il n’est pas question de prétendre manger, mâcher et digérer des racines et des baies crues comme un homme préhistorique, simplement manger régulièrement des légumes frais et secs constitue la solution !

Savez-vous goûter les légumes secs ?

Une invitation à découvrir un très beau livre qui redonne ses lettres de noblesse aux légumineuses. Et si les haricots, pois, lentilles et fèves nous surprenaient de l’apéritif au dessert ?
Piliers d’une agriculture durable et d’une alimentation moderne, les légumes secs ont tout pour plaire : variés, colorés, nourrissants, riches en fibres et en protéines, dotés d’un excellent rapport qualité-prix…Avec une approche inédite, leurs atouts culinaires sont déclinés en 70 recettes faciles et gourmandes.

Les auteurs : Bruno Couderc et Gilles Daveau sont cuisiniers et formateurs. Danièle Mischlich est médecin, spécialiste en santé publique. Caroline Rio est diététicienne et formatrice. Photographies de Kim Jonker.
La préface est de François Quellier, historien de l’alimentation au CNRS.