[Aller au menu]

  • Imprimer
  • Envoyer à un(e) ami(e)
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter

Restauration

Mon contact : Espace familles

Moment agréable de partage, d’écoute et de communication, le temps du repas fait l’objet d’un projet éducatif global, incluant également les temps de repos, d’activités libres, d’ateliers pédagogiques, de sieste pour les plus jeunes… précédant et suivant le repas lui-même.

Règlement intérieur (pdf - 170 ko)

La cuisine centrale de Libourne vous informe que les plats servis sont susceptibles de contenir des traces de céréales (gluten), crustacés, œufs, poisson, arachides, soja, lait, fruits à coque, cèleri, moutarde, graines de sésame, anhydride sulfureux, lupin, mollusques.

Un repas de qualité

La restauration scolaire est redevenue municipale à la rentrée scolaire 2012-2013. La Ville a fait le pari de la qualité, passant d’une cuisine d’assemblage, à une cuisine qui cuisine !

L'assiette respecte désormais le rythme des saisons. Les plats industriels, les OGM, les huiles de palme et de coprah, l’aspartame, les viandes reconstituées sont exclus de la composition des menus.

L’engagement de la municipalité ?
Augmenter les approvisionnements en produits issus de l’agriculture bio et/ou de produits issus des circuits courts.  

L’objectif ?
Atteindre 20% en valeur d’achat sur la valeur totale des approvisionnements.
Les produits bio servis aujourd’hui sont le pain, les féculents, les yaourts et les œufs. A l’avenir seront introduits de nouveaux produits  BIO  tels que les volailles, certains fruits et légumes…

Origine des viandes
100% des viandes et volailles servies sont d’origine française et de race à viande ou label rouge.

  • Le bœuf : origine France VBF (race à viande)
  • Le veau : origine France VBF (race à viande)
  • L’agneau et mouton : origine France
  • Le porc : origine France Label rouge
  • La volaille : origine France , poulet Label rouge 

Étiquetage nutritionnel

Une expérimentation de logos nutritionnels en septembre 2016

Pour fournir aux consommateurs une information adaptée au moment de leurs achats et dans l'objectif de permettre à tous une alimentation saine et équilibrée, Marisol Touraine a annoncé le lancement de l'expérimentations de logos en septembre 2016 auprès des consommateurs en conditions réelles d'achat.

Plus d'informations en cliquant ici

Jeune fille face à un self service

Inscriptions

Dans chaque école publique de Libourne, le service de restauration scolaire fonctionne les jours de classe. Les inscriptions doivent être renouvelées chaque année scolaire.

Les fiches d’inscription sont envoyées aux familles avant la rentrée scolaire, puis sont disponibles à l’Espace familles ou téléchargeables ci-dessous.

Tarifs

Pour les habitants de Libourne, le Calcul du quotient familial détermine le prix du service pour chaque usager, en fonction des revenus du ménage.

Billet nutritionnel

Billet nutritionnel : Le gluten

Consommé depuis des millénaires, le gluten, formé après hydratation, à partir de certaines protéines des céréales, principalement du blé, est bien toléré par la majorité de la population. Ses qualités technologiques en font un élément essentiel pour la fabrication du pain et autres transformations agroalimentaires des céréales. Il est responsable de certains problèmes de santé dont la prévalence est en augmentation bien que n’affectant qu’un faible pourcentage de la population : allergie au blé et maladie cœliaque (ou intolérance au gluten).

À côté de ces affections bien caractérisées, il existe une hypersensibilité non cœliaque au gluten, souvent difficile à authentifier. Peu de données objectives permettent aujourd’hui d’attribuer au gluten l’augmentation des prévalences de ces troubles; des hypothèses sont formulées quant au rôle des pratiques agronomiques et des procédés agroalimentaires. Une controverse existe autour du bienfondé des régimes sans gluten, qui sont de plus en plus pratiqués par des personnes qui ne sont pas concernées par les pathologies en question.

Consomme-t-on plus de gluten aujourd’hui qu’autrefois ?

Même si en France le pain reste le produit céréalier majeur des régimes alimentaires, sa consommation a considérablement baissé depuis le début du 20ème siècle. En terme de gluten, cela correspond également  à une baisse de consommation. Néanmoins, nos consommations de produits céréaliers se sont aussi diversifiées et il existe peu de données sur les apports totaux en gluten, encore moins sur leur évolution.

Les pratiques agronomiques ont-elles sélectionné des blés générant plus de gluten ou du gluten moins digestible ?

Le processus de sélection des céréales s’est mis en place dès le développement de l’agriculture au Néolithique, avec tout d’abord la sélection des graines les plus grosses, provenant des épis les plus chargés, afin d’augmenter les récoltes des années suivantes. Les qualités gustatives et nutritionnelles des céréales ont aussi été la cible d’un processus de sélection à cette époque. Sont ainsi apparues des variétés spécialement adaptées aux différentes technologies de préparation et de cuisson des aliments (bouillies, pain/ galettes, pâtes alimentaires, bières, etc.).

Les variétés de blé T. aestivum aestivum (blé tendre) présentent la meilleure aptitude à la transformation boulangère, alors que celles de T. turgidum durum (blé dur) produisent des grains de texture très dure et sont adaptées à la production de semoule et de pâtes alimentaires.

En ce qui concerne la transformation du blé, les procédés (pétrissage, fermentation, cuisson) et les formulations (type de farine, types de levain, additifs/auxiliaires technologiques, ajout de gluten vital pour compenser des teneurs faibles des farines en protéines, ajout de sons pour augmenter la teneur en fibres des produits céréaliers, etc.) ont beaucoup évolué au cours des cinquante dernières années, pouvant entraîner des changements significatifs des teneurs et de la digestibilité des protéines du gluten, même si on ne dispose pas de données directes les ayant mesurés.

Devrions-nous tous adopter un régime sans gluten ?

Au cours de la dernière décennie, le régime sans gluten (RSG) est devenu l’objet d’une popularité grandissante et un phénomène de mode. Les ventes de produits sans gluten ne cessent d’augmenter en Amérique du nord ainsi qu’en Europe. L’engouement pour le RSG est entretenu par les bienfaits relatés par de nombreuses célébrités du cinéma ou du sport. Ainsi, 40 % des athlètes de niveau mondial suivent un régime sans gluten, alors que l’effet de ce régime sur la performance sportive n’est pas démontré. Concernant les allergies, il s’agit, pour beaucoup de Français, d’un mal récent qui résulterait notamment des excès de la modernité. Sensibles à des informations qu’ils ont pu lire ou entendre, ils pensent que, pour se soulager, il suffit d’adapter son régime alimentaire et d’utiliser des techniques qui permettent de se débarrasser du stress et des poisons de la vie moderne

Les régimes d’exclusion non justifiés peuvent présenter des risques de déséquilibre alimentaire, surtout lorsqu’ils concernent l’exclusion de plusieurs aliments (fréquemment blé et lait de vache), le répertoire alimentaire se trouvant alors complètement modifié. De plus, une étude réalisée au Canada montre que de nombreux produits manufacturés sans gluten sont plus riches en matières grasses et en sucres et donc plus énergétiques que leurs équivalents avec gluten. La suppression du pain, riche notamment en fibres et en vitamines B, pourrait donc conduire à un apport énergétique accru associé à des carences alimentaires, si elle n’est pas correctement compensée. Les produits manufacturés sans gluten sont plus chers que leurs équivalents avec gluten, et leur consommation intermittente ne présente aucun intérêt si on consomme du gluten par ailleurs. La décision des parents de soumettre leurs enfants, même asymptomatiques, à un régime sans gluten, sur la base de la croyance en des effets bénéfiques de ce régime et sans suivi médical ou diététique, est une pratique contestable pouvant entraîner des problèmes de santé pour les enfants : carences, prise de poids, constipation, diagnostic manqué de maladie coeliaque81.