[Aller au menu]

  • Imprimer
  • Envoyer à un(e) ami(e)
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter

Police de la propreté

Policier municipal verbalisant

Police municipale
Adresse
: 45 allées Robert Boulin - 33500  Libourne
Tel : 05 57 55 33 49
Mail
: police-municipale@mairie-libourne.fr

La police de la propreté est une nécessité : trop d’habitants négligents déposent leurs ordures et leurs encombrants n’importe où, n’importe quand.
Pour conserver l’attrait et le charme du cadre de vie libournais, la ville réagit : sur le principe pollueurs-payeurs, la police de la propreté sanctionnera les contrevenants !

Contrevenants, que risquez-vous ?

Dans un premier temps, quand une infraction est constatée, le policier rédige un constat d'infraction avec photos et verbalise.
Au second passage si le contrevenant persiste, le policier verbalise, rédige un constat d’infraction avec photos et transmet au Trésor Public pour la facturation de l'évacuation des déchets (de 35 à 160 euros selon le cas).

Les autres missions de la police de la propreté

  • Inviter les habitants dont les murs ont été tagués à porter plainte et signer une convention avec la mairie pour un nettoyage en règle.
  • Inciter les propriétaires à ne pas transformer leur jardin en terrain vague, à couper les haies débordantes, à défricher ...
  • Eviter les affichages sauvages : on ne peut coller des affiches n’importe où en ville. Il existe une réglementation et des endroits appropriés.
  • Empêcher le quidam de nourrir les animaux (notamment les pigeons) à la volée. Cette mauvaise habitude les attirent et concentre les fientes sur certaines places.
  • Signaler les zones polluées (fossés, etc) et, le cas échéant, prendre les mesures qui s’imposent contre les pollueurs.

Parole à un élu

Philippe BUISSON

Pourquoi une police de la propreté urbaine ?

« La ville consacre plusieurs millions d’euros par an à sa propreté. Nous mobilisons des moyens importants dans ce domaine : en multipliant les balayeuses en tous genres, les motocrottes, les laveuses, les personnels de nettoiement,… en travaillant en partenariat avec le SMICVAL qui gère la collecte des ordures ménagères, en habillant les conteneurs pour mieux les intégrer dans le paysage urbain, etc.
Cependant, ces efforts sont vains si chaque citoyen ne prend conscience de la valeur du patrimoine libournais, de son cadre de vie enviable...
En déposant leurs déchets et leurs encombrants dans des endroits et à des heures indus ou en négligeant le ramassage des déjections canines, une minorité d’administrés nuit à l’ensemble de la population. Ces incivilités seront sanctionnées au nom du bien être collectif. Libourne doit rester une ville attractive. »

> Lire l'intégralité de l'interview dans le magazine